Actualités

Les enseignants sont de plus en plus nombreux à perdre le feu sacré. Les enseignants sont en train de s’essouffler parce qu’ils ne sont plus engagés pour enseigner les élèves, mais plutôt pour les éduquer. Parfois, ils doivent jouer le rôle de policier et souvent celui de psychologue pour tirer leur épingle du jeu, sans compter qu’ils œuvrent dans un milieu où la lourdeur administrative est omniprésente.

Regrouper les élèves selon leur profil

Par exemple, certains enseignants se spécialiseraient à répondre aux besoins des élèves dyslexiques, tandis que d’autres ne s’occuperaient que de l’éducation des autistes, d’autres encore se voueraient à celle des enfants qui éprouvent des problèmes d’inadaptation sociale. Plus un enseignant est spécialisé dans le style d’apprentissage particulier qui correspond à celui de son groupe d’élèves, plus il est en mesure d’élaborer des stratégies et des moyens pour amener ceux-ci à se développer. Il se retrouve mieux équipé pour mettre au point des plans d’intervention adéquats et efficaces. Ainsi, l’enseignant n’est pas dépassé par une tâche trop lourde et complexe qu’implique une classe à multiples profils d’apprentissage.

Promouvoir l’innovation pédagogique

Des entrevues quotidiennes avec des enseignants pourraient être fixées pour qu’ils nous entretiennent sur des activités pédagogiques et parascolaires qui ont marqué la vie de leurs élèves.

Adaptés aux nouvelles réalités

Effectivement, au lieu d’intégrer les élèves en difficulté dans les classes régulières, donnons aux enseignants les outils qui leur permettront de rencontrer les besoins de leur clientèle et de vivre dans un environnement stimulant et adapté à la réalité du 21e siècle.

Des pédagogues inspirants

Si on leur donne des moyens efficaces, un environnement encourageant et des exemples de réussite éducative, les enseignants seront stimulés et mieux équipés à faire face aux défis qui les attendent dans leur salle de classe. Plusieurs sont animés d’une passion pour transmettre leurs connaissances, mais de moins en moins de ces passionnés demeurent motivés à instruire la génération qui suit. Voilà la seule façon de faire renaître le feu sacré qui s’éteint peu à peu en eux,faute de soutien et de reconnaissance de la complexité de la tâche qu’on exige d’eux.

“Source: Le Prince Arthur Herald