Le Benchmark Linguistique

Qu’est-ce qu’un Benchmark Linguistique ?

C’est l’audit, service par service, des besoins réels en niveau de langue, parlé ou écrit, nécessaire au bon fonctionnement du service et de l’entreprise.
Il permet de rationaliser les programmes de formations linguistiques ainsi que de programmer et de budgétiser dans le temps les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs d’efficacité linguistique.

Les avantages du Benchmark linguistique :

Le Benchmark linguistique est un audit des besoins réels en langue et en niveaux de langue service par service.

Le niveau à déterminer est celui qui permet à un service de fonctionner de manière fluide dans ses rapports internes et aussi externes

Selon les services, il n’est pas besoin de rechercher un niveau maximum mais un niveau suffisant.

Il permet de repérer de manière rationnelle, les collaborateurs qui ont déjà le niveau requis et ceux qui ne l’ont pas encore et qui doivent être aidés

Il permet aussi d’anticiper les futurs besoins dans le cadre des évolutions de carrière (est-il besoin d’aider un collaborateur à améliorer son niveau si on le pressent dans l’avenir pour un autre poste dont le niveau linguistique requis est plus élevé ?)

Au moment du recrutement, il permet au service RH de connaître précisément le niveau de langue nécessaire par service/candidat et si besoin, d’anticiper la mise en place d’une formation rapide pour aider ce nouveau candidat dans sa prise de fonction.

Les étapes du Benchmark

Entretien avec les Ressources Humaines et chaque Responsable de Service afin de déterminer les objectifs et niveaux requis. On détermine le niveau idéal par service.

Mise en place des tests

Analyse des résultats et identification des collaborateurs qui ont besoin d’une aide pour améliorer leur niveau.

Préconisation de formations pour chacun des collaborateurs identifiés. Mise en place du programme de formation (individuel, groupe, à distance…)

Suivi mensuel

A l’issu de la formation, chaque collaborateur est à nouveau testé. Il est alors discuté au cas par cas s’il y a besoin de poursuivre les efforts.